pêle-mêle biographique - Patrick Herregods
pêle-mêle biographique

Né en 1959, Patrick Herregods vit et travaille à Bruxelles. Architecte formé à La Cambre, non pratiquant, il photographie beaucoup pendant ses années d’étude, avant de délaisser quelque peu son matériel. Promeneur contemplatif, il fréquente l'Académie de Dessin et des Arts visuels de Molenbeek-Saint-Jean à partir de 2006, désireux de « revenir » à la photographie et de l’inscrire dans une expression artistique personnelle.


Arbres, digues, architectures de verre, reflets et obscurités sont autant de tentatives de saisir à travers l’objectif un peu de la complexité et de l’étrangeté de l’existence humaine, telle que je la perçois. Je vous invite aujourd’hui à découvrir une part de mon travail.

La photographie, cela a commencé à 12 ans avec un instamatic kodak (souvenez-vous des flashcubes...). Ensuite ? Du Pentax (K1000, ME super, mz-5n et sfxn pour l'argentique, K20 pour le numérique) et un vieux bi-objectif Walzflex 6x6, copie japonaise du Rolleicord, remplacé depuis peu par un Rolleicord vb, dernier modèle commercialisé dans les années 70.



Sélection régionale du Belfius Art 2014
1er prix du concours photographique Georges Berteloit 2014

Grande distinction au terme de mon parcours à l'Académie de Dessin et des Arts visuels de Molenbeek-Saint-Jean (de 2006 à 2015)


« La photographie est si simple qu'il n'y a rien à dire »

Harry Callahan (U.S.A. 1912-1999) : ma première rencontre (virtuelle) dans le monde de la photo argentique Noir et Blanc. Poétique et hors du temps.

Beaucoup de photos ont été prises dans son environnement quotidien, sa femme Eleanor et Chicago. Des lignes très épurées, un sens de l’abstraction et le souci du détail dans des compositions où l’on retrouve la nature, du brin d’herbe à la ligne d’horizon, la ville et Eleanor qu’il a beaucoup photographiée. En regardant ces photos d’Eleanor, c’est toute une vie qui se débobine sous nos yeux, c’est le temps qui, captif des sels d’argent, devient presque palpable.

Harry Callahan n'a laissé que peu de textes et de notes; c'était un photographe silencieux...
 

Top